Français

Membre du moment: Interview avec Jonas Habimana BIFERD

Jonas Habimana, Fondateur et Directeur Exécutif de BIFERD au service des communautés locales, Nord Kivu Photo:BIFERD

« Grâce à notre approche multisectorielle, nous encourageons les projets collaboratifs impliquant les acteurs de la société civile et les représentants du gouvernement afin d’assurer que les systèmes nationaux pour la réduction des catastrophes ont un impact réel sur nos collectivités. »

Propos recueillis par Nisma Le Boul | Londres, 5 février

Quelles sont les activités de votre organisation ?

Basée à Goma (Nord-Kivu) dans la République Démocratique du Congo, BIFERD (« Bureau d'Informations, Formations, Echanges et Recherches pour le Développement ») est une organisation d’information, de recherche & développement et de formation communautaire. Fondée par le directeur général Jonas Habimana. BIFERD travaille avec les communautés locales en développant diverses initiatives liées au développement durable : éducation, autonomisation des femmes, santé, nutrition, EAH et réduction des risques de catastrophes (RRC).

Nous avons décidé d’inclure des initiatives de gestion des catastrophes suite aux conséquences dramatiques des conflits armés au Nord-Kivu. Le Nord-Kivu est une région exposée à des conflits armés depuis plus d’une décennie maintenant, mais souffre également d’un environnement instable dû aux catastrophes naturelles. L’éruption en 2002 du volcan Nyiaragongo situé au nord de Goma est un exemple de cette vulnérabilité. BIFERD réalise des études fondées sur des preuves pour s’assurer de l’impact de ses projets et partage les données recueillies avec d’autres organisations et le gouvernement local dans la région. Nous intervenons dans 60 villages de la région et mobilisons les communautés par le biais de « Groupes de soutien aux Communautés ».

De quelle facon décririez vous son rôle au sein de la société civile ?

BIFERD travaille au quotidien sur le terrain avec des centaines de bénévoles de la communauté. En outre, nous partageons les connaissances des communautés locales avec les OING (Organisations Internationales Non Gouvernementales) et les autorités locales du Nord-Kivu. Grâce à notre approche multisectorielle, nous encourageons les projets collaboratifs impliquant les acteurs de la société civile et les représentants du gouvernement afin d’assurer que les systèmes nationaux pour la réduction des catastrophes ont un impact réel sur nos collectivités. Nous adoptons une position neutre au sein de la communauté, ce qui conduit à l’indépendance. Enfin, BIFERD joue le rôle d’intermédiaire entre les communautés du Nord-Kivu et le gouvernement et autres acteurs du développement.

Quel est votre rôle, en quoi consiste votre fonction ?

Je suis le fondateur et le directeur général actuel de BIFERD. Comme je suis ressortissant congolais, originaire de la région, il m’est plus facile de comprendre le contexte local et la situation vulnérable de nos communautés. En revanche, je supervise les activités de notre organisation, ce qui demande beaucoup de temps. Le manque de financement de BIFERD signifie que je dois souvent utiliser mes fonds personnels pour payer nos bénévoles ou notre accès à internet. Dans l’ensemble, mon rôle a permis d’augmenter la visibilité pour atteindre les populations locales de notre région et l’ensemble du secteur du développement en République Démocratique du Congo.

A quel moment votre organisation a-t-elle rejoint GNDR ?

BIFERD a rejoint GNDR en 2015

Pour quelles raisons avez-vous rejoint GNDR ?

Le partage des connaissances a joué un rôle important dans notre décision de rejoindre GNDR. Notre souhait était d’être en contact avec d’autres membres au niveau régional, mais aussi d’avoir la possibilité de partager les meilleures pratiques et d’apprendre des autres membres dans le monde entier au cours des événements mondiaux de GNDR.

Citez 3 bénéfices pour BIFERD de rejoindre le réseau GNDR ?

BIFERD a participé au Sommet mondial 2016 de GNDR à Bangkok où j’ai été en mesure de partager des expériences avec d’autres membres. Je suis également membre du Groupe Consultatif Régional (GCR) de GNDR pour la région de l’Afrique occidentale et centrale.

Enfin, GNDR a facilité l’obtention de financement par l’Eleanor L Rathbone Charitable Trust qui a soutenu plusieurs initiatives dans la région. Par exemple, la subvention de 1000 £ a permis la prise en charge des frais de scolarité pour 30 orphelins qui ont perdu leurs parents pendant le conflit, l’achat de cuves destinées à la récupération d’eau potable dans les écoles primaires ainsi que les moyens de subsistance des femmes qui ont souffert de violences sexuelles et sexistes.

 Un axe d'amélioration pour GNDR ?

GNDR est un excellent réseau mais j’aimerais souligné que les membres ont besoin de plus de soutien en matière de financement. Je souhaiterais aussi que GNDR renforce la collaboration avec d’autres organisations régionales (OSC et OING) en mesure de soutenir nos initiatives sur le terrain afin d’unifier nos forces et ainsi de garantir plus d’impact sur la communauté.

Quelles sont les plus grandes réalisations de votre organisation ?

Il y a un certain nombre de réalisations dont nous pouvons être fiers au cours des dernières années :

  • Statut consultatif auprès du Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC) pour la RDC depuis 2017.
  • Prise en charge de 275 familles déplacées grâce à notre programme de sécurité alimentaire.
  • 60 points focaux de bénévolat dans la région du Petit Nord Kivu dont la mission première est d’analyser et d’évaluer les systèmes d’alerte précoce mis en place dans la région.
  • Groupes de soutien aux communautés créés afin d’améliorer les capacités des communautés locales à répondre aux urgences (catastrophes naturelles ou d’origine humaine)
  • BIFERD fait partie de plusieurs grands groupes de coordination humanitaire dans la région du Nord-Kivu

Votre organisation a-t-elle remportée des prix ?

Oui. En 2017, nous avons reçu le prix « Trophées 2017 - Initiatives Climat ». La somme de 2000 euros a été octroyée à BIFERD pour le soutien de notre programme de résilience communautaire face au changement climatique. Nous devrions recevoir les fonds au printemps 2018.

Que devrait faire GNDR pour maintenir ou accroître l’engagement ou la participation des membres ?

Je souhaiterais plus de visibilité pour GNDR dans la région, je suis triste de dire que le réseau n’est pas encore connu en RDC. Renforcer la visibilité du réseau au niveau national semble être un impératif pour davantage d’actions au niveau local.

Liens

Related items

Rejoignez GNDR en tant que membre

Contact

Téléphones: +44 208 977 7726 | 1833 | 2860

Email: info@gndr.org

 

Média social

Nos supporteurs

usaidhorizontal small    Switzerland logo-ministry-of-foreign-affairsaustralian aid blue and red GIZ on behalfof BMZ

Adresse

Global Hub Office

Global Network of Civil Society Organisations
for Disaster Reduction
8 Waldegrave Road, Teddington,
London
TW11 8HT
United Kingdom

Regional hubs »

Membre de