Français

GNDR peut contribuer à reduire l'espace entre la RRC et les situation de conflits

Reuters/Soe Zeya Tun

Julia Taub, Chargée de projets à GNDR, nous fait part des moments forts et des réflexions avancées lors d’un événement qui s’est tenu à Londres, au Royaume-Unis, et qui explore la Réduction des risques de catastrophes dans des contextes fragiles et affectés par les conflits. La discussion s’est appuyée sur un rapport publié par l’Overseas Development Institute.

Des étudiants et des représentants des OSCs, des universitaires, des organismes gouvernementaux, des donateurs et le secteur privé se sont réunis à Londres le 7 juin pour discuter d’un nouveau rapport de l’Overseas Development Institute (ODI). Ce rapport identifie des lacunes importantes dans les priorités accordées ou non à la Réduction des risques de catastrophes dans les zones fragiles et affectées par des conflits, et les participants se sont attachés à examiner certains de ces problèmes. Ouvert par un discours de l’organisation allemande GIZ, l’événement comprenait une table ronde rassemblant des intervenants de l’ODI, du SIPC Afrique de l’ONU, de la University of Londres Royal Holloway et du GFDRR de la Banque mondiale, et il portait sur deux questions clés :

  • 1. Identifier certains blocages et défis liés à la RRC dans les contextes fragiles et touchés par les conflits
  • 2. Identifier des mesures novatrices et concrètes pour soutenir la mise en œuvre de la SFDRR dans les contextes fragiles et touchés par les conflits

La discussion a été intéressante car elle a mis en lumière la réticence à lier la RRC et les conflits, à tel point que les conflits survenant dans des pays vulnérables ont été appréhendés hors du Cadre de Sendai à la dernière minute. La conversation a également souligné que la séparation entre catastrophes et conflits fait subir de plein fouet l’impact des problèmes aux personnes présentes sur le terrain, les travailleurs humanitaires ne sachant pas comment gérer les conflits. En plus de cette carence en savoir-faire, des problèmes de sécurité et d’autres priorités contribuent à des décalages dans l’implémentation de la RRC dans les états touchés par les conflits.

Il ressort des discussions que, bien qu’il existe des écarts importants sur l’implémentation de la RRC dans les contextes fragiles et affectés par les conflits, personne ne semble savoir gérer ces écarts. Il demeure important de comprendre les contextes locaux et notamment ceux des communautés présentes sur le terrain. Le rapport a formulé quatre recommandations :

  • 1. Intégrer cette problématique à l’évaluation de la réalisation des objectifs globaux du SFDRR, en particulier dans la cible E (Etablir des stratégies nationales de RRC)
  • 2. Rassembler les informations disponibles et identifier les informations manquantes
  • 3. Établir et officialiser une communauté de pratique et un groupe de personnalités politiques
  • 4. Utiliser les espaces de dialogue et les plates-formes pour accélérer l’ordre du jour

GNDR a-t-il un rôle à jouer dans ce débat ? J’en suis convaincue. Tout d’abord, le programme GNDR Sur le front sera utilisé en complément du SFDRR Monitor publié le SIPC, recueillant les voix des personnes présentes sur le terrain et qui subissent de plein fouet l’impact des problèmes. Certains des pays où la RRC est mise en œuvre figurent parmi les états fragiles et ces expériences sur le terrain seront utilisées pour influencer les politiques de RRC et les pratiques aux niveaux national, régional et même mondial. En outre, en tant que réseau mondial, nous pouvons tirer parti de nos sphères d’influence pour attirer l’attention des décideurs sur l’importance des réalités locales dans les zones fragiles et plaider pour l’intégration de la RRC dans les programmes de développement durable.

Dans la mesure où de nombreux pays fragiles et touchés par les conflits sont aussi les plus vulnérables aux catastrophes et aux effets du changement climatique et comme ils donnent la priorité à leur développement, il leur serait bénéfique d’adopter une approche holistique du développement, assurant ainsi leur résilience face aux catastrophes potentielles et aux impacts du changement climatique. Pour garantir l’efficacité de cette approche, les réalités locales doit être prises en compte et GNDR est idéalement placé pour remédier à ce manque, montrant aux gouvernements qu’une RRC collaborative réduit la vulnérabilité et, par conséquent, la fragilité et les risques de survenue d’autres conflits liés à la rareté des ressources disponibles.

Pour plus d'informations, prière de contacter Julia Taub par courriel Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Téléchargements et Liens 

Apprenez-en plus sur la RRC et les zones de contextes fragiles ici

Related items

Rejoignez GNDR en tant que membre

Contact

Téléphones: +44 208 977 7726 | 1833 | 2860

Email: info@gndr.org

 

Média social

Nos supporteurs

European Commission words under blue flag with yellow stars    
usaidhorizontal small
UK Government logos 2012 UK AID    australian aid blue and red
Switzerland logo-ministry-of-foreign-affairs
GIZ on behalfof BMZ
Sverige Sweden SIDA Logo

Adresse

Global Hub Office

Global Network of Civil Society Organisations
for Disaster Reduction
8 Waldegrave Road, Teddington,
London
TW11 8HT
United Kingdom

Regional hubs »

Membre de