Français

HLPF 2020 : Recommandations politiques aux gouvernements

Nous appelons les gouvernements à placer la résilience locale en tête de l’agenda politique.  


Le Forum politique de haut niveau pour le développement durable (HLPF), qui se réunit annuellement, est la principale plate-forme des Nations unies pour faire le bilan de l’Agenda 2030 pour le développement durable et ses 17 objectifs de développement durable. GNDR communiquera ses recommandations politiques par le biais des événements parallèles officiels du HLPF, des événements spéciaux, des laboratoires d’examen national volontaire (VNR), des séances d’apprentissage et par le biais de nos canaux en ligne tout au long du forum. 

Le HLPF, qui se déroulera du 7 au 16 juillet, sera une occasion cruciale pour discuter de notre position sur les ODD à la lumière de l’impact de la pandémie de Covid-19. Les participants réfléchiront à la manière dont la communauté internationale peut réagir à la pandémie de manière à nous remettre sur les rails pour atteindre les objectifs et accélérer les progrès pendant la décennie d’action et de réalisation du développement durable.

Nos recommandations : 

1. Placer la résilience des communautés les plus menacées en tête de l’agenda politique et renforcer la cohérence entre politiques et pratiques

Nous appelons les gouvernements à intégrer le risque dans tous les secteurs et à tous les niveaux de la société.

Les gouvernements nationaux devraient s’efforcer d’approfondir la compréhension de tous les aspects du risque et reconnaître que sans renforcement de la résilience, les ODD ne seront pas atteints.

Comme nous le constatons au cours de cette pandémie de Covid-19, les catastrophes ont un impact disproportionné sur les communautés vivant dans la pauvreté. Le développement durable ne peut être réalisé que si l’on comprend bien les risques locaux. Les niveaux de risque sont déterminés par les menaces auxquelles la population est confrontée, sa vulnérabilité et ses capacités.

Lorsque le développement ne tient pas compte des risques, loin d’offrir des progrès, ce soi-disant « développement » crée de nouveaux risques, augmente le risque existant et annule tout gain potentiel.

Les gouvernements doivent veiller à mettre en œuvre des cadres mondiaux selon une approche cohérente, afin de garantir que le développement est fondé sur la connaissance des risques : au niveau local, il y a intégration, au niveau national, coordination, au niveau international, communication et alignement.

La pandémie montre que le risque recoupe les trois dimensions du développement durable telles que définies dans l’Agenda 2030 : dimension économique, dimension sociale et dimension environnementale. Il est donc essentiel de trouver des solutions intersectorielles pour éviter que cette catastrophe ait d’autres effets en cascade.

Les évaluations des risques doivent cartographier la nature multidimensionnelle des risques et prendre en considération toutes les menaces et les causes sous-jacentes des risques subis par les communautés : L’OMS recommande comme étape de préparation et réponse de mener une analyse et d’établir une cartographie des populations vulnérables.

Tous les acteurs du développement doivent initier un changement structurel vers un développement tenant compte des risques, à partir des plans de développement nationaux et locaux, et des stratégies de RRC : ils doivent assurer l’intégration de tous les secteurs gouvernementaux et de tous les niveaux de la société.

2. Mettre davantage l’accent sur l’implication des acteurs locaux et des communautés les plus à risque dans la prise de décision

Les gouvernements nationaux devraient s’attacher à soutenir l’action locale, seule façon de réaliser les ODD d’ici 2030.

Les acteurs locaux doivent avoir la possibilité de participer, d’influencer et de prendre des décisions sur les politiques et les pratiques de développement tenant compte des risques, car ce sont aux qui sont les plus menacés. Ils ont une connaissance et une expérience essentielles des menaces auxquelles ils sont confrontés et des actions qui peuvent contribuer à réduire les risques existants.

Soutenir les actions locales signifie renforcer la localisation :

  1. Renforcer les capacités, les connaissances et les compétences des communautés les plus menacées
  2. Mettre en place des systèmes de gouvernance efficaces qui délèguent les pouvoirs et le budget
  3. Créer un environnement politique favorable aux niveaux national et mondial
  4. Lier verticalement le local au national mais aussi horizontalement les secteurs entre eux
  5. Transférer des ressources financières aux acteurs locaux.

Le rapport Covid-19 montre que nous dépendons de plus en plus des acteurs locaux pour le renforcement de la résilience et qu’ils devraient donc être davantage représentés dans les instances décisionnelles.

Dans de nombreux pays, les acteurs locaux tels que les OSC ont été les premiers à répondre à la pandémie de Covid-19, en atteignant des communautés que le gouvernement national n’est souvent pas en mesure d’atteindre. Nous parlons ici des groupes qui sont traditionnellement exclus du processus de décision et qui ne sont pas habilités à diriger efficacement leur propre renforcement de la résilience.

Cette dépendance accrue à l’égard des acteurs locaux doit se traduire par une représentation accrue dans les instances de coordination et de décision.

3. Reconnaître le rôle des organisations de la société civile et établir des partenariats avec elles

Il est nécessaire de transformer les interactions sociétales et mettre davantage l’accent sur les citoyens touchés de manière disproportionnée par les catastrophes.

Nous devons renforcer la collaboration et la solidarité entre les multiples acteurs, afin d’être en mesure de travailler efficacement en commun, entre pays et continents, et de bâtir un mouvement mondial en faveur d’un changement transformateur. La pandémie actuelle rend cette question encore plus urgente.

Dans le monde entier, les organisations de la société civile réagissent à cette catastrophe sur le terrain et accumulent une richesse de connaissances qu’il ne faut pas gaspiller. Les réseaux d'OSC peuvent apporter un soutien aux gouvernements qui souhaitent apprendre des communautés les plus exposées et des OSC locales et les impliquer dans le processus de redressement. 

Rejoignez GNDR en tant que membre

Contact

Téléphones: +44 208 977 7726 | 1833 | 2860

Email: info@gndr.org

 

Média social

Nos supporteurs

European Commission words under blue flag with yellow stars    
usaidhorizontal small
UK Government logos 2012 UK AID    australian aid blue and red
Switzerland logo-ministry-of-foreign-affairs
GIZ on behalfof BMZ
Sverige Sweden SIDA Logo

Adresse

Global Hub Office

Global Network of Civil Society Organisations
for Disaster Reduction
8 Waldegrave Road, Teddington,
London
TW11 8HT
United Kingdom

Regional hubs »

Membre de