Français

Nouveau rapport : l'exclusion des communautés à risque est un obstacle majeur à la prévention des pertes causées par les catastrophes

1er octobre 2020


Le nouveau Rapport mondial publié ce jour par GNDR montre que les personnes exposées aux risques sont systématiquement ignorées lors de la prise de décisions portant sur la prévention des catastrophes dans leur communauté.

Il ressort de ce rapport que seulement 16 % des personnes pensent que leur avis est pris en compte dans l'évaluation des menaces, des politiques et des plans, et dans les mesures visant à réduire le risque de catastrophes.

De nombreuses institutions, qui ont pour mission de protéger les communautés à risque, n’écoutent pas ces communautés et ne mesurent pas pleinement la complexité des menaces auxquelles elles sont confrontées.

Le rapport indique que de nombreuses collectivités locales ne savent tout simplement pas comment évaluer les risques locaux ou comment faire participer leurs populations. De plus, de nombreuses administrations locales ne disposent pas d’un département ou de mécanismes juridiques habilités à évaluer les menaces auxquelles les communautés sont confrontées, et à faire face à ces menaces.

Ce rapport est la plus grande étude mondiale indépendante sur les risques de catastrophe menée exclusivement au niveau local. Près de 100 000 personnes ont été interrogées dans 43 des pays les plus exposés aux catastrophes naturelles.

Neuf enseignements tirés de ces données expliquent pourquoi les gens continuent de perdre la vie et de perdre leurs revenus à la suite d’inondations, de sécheresses, de conflits ou de maladies infectieuses. Ces enseignements portent notamment sur l'exclusion des communautés à risque, sur une mauvaise planification de la participation des communautés locales, sur les écosystèmes sous-utilisés, sur le déficit d'information et sur les projets de développement ne tenant pas compte des risques.

Les conclusions fournissent aux décideurs une liste de points visant à s'assurer que les initiatives de développement se basent sur des informations fournies par les personnes qu'elles sont censées soutenir.

Pour une meilleure prévention des catastrophes, les OSC locales et nationales peuvent s’appuyer sur ces conclusions pour plaider en faveur de la localisation des prises de décision et des financements. Les ONG internationales peuvent utiliser les données pour informer et renforcer l'efficacité des projets sur le terrain.

L'une des principales conclusions du rapport souligne l'absence de financement local. Les communautés locales indiquent que les financements destinés à la réduction des risques de catastrophes leur parviennent rarement. De fait, 80 % d'entre eux disent ne pas avoir accès à des fonds, ou y avoir un accès extrêmement limité.

Les gouvernements et les organisations internationales se sont engagés à plusieurs reprises à faire parvenir aux acteurs locaux une part plus importante des ressources pour l’action humanitaire. Mais ils restent considérablement en deçà de leurs engagements, et les faits montrent que c’est également le cas pour la prévention des catastrophes.

Le projet de recherche Vues du front a été initié par un groupe de près de 200 organisations à but non lucratif. Parmi les personnes interrogées figuraient des membres des communautés, des organisations de la société civile et des employés des administrations locales.

Près de la moitié des personnes interrogées travaillant pour les autorités locales ont déclaré que les projets d'investissement locaux ne tenaient pas compte des risques locaux.

Les inondations sont l'une des menaces les plus courantes auxquelles les habitants sont confrontés. Les enquêtes suggèrent cependant que les mesures d'atténuation manquent souvent de vision à long terme : elles ne tiennent pas compte des effets du changement climatique, de l'urbanisation rapide ou de l'effet cumulatif des épidémies.

L'ensemble des données issues des enquêtes menées dans chaque pays est disponible en ligne. Ces données permettent de mieux comprendre l'éventail des menaces et les obstacles à la prévention des catastrophes dans 598 communautés à risque. Elles peuvent être ventilées par pays, communauté, zones urbaines/rurales, type de répondant, âge, sexe et personnes handicapées.

 

Ce que vous pouvez faire :

  • Lisez le nouveau Rapport mondial Vues du front disponible en ligne.
  • Participez à notre Sommet mondial 2020 pour discuter des mesures à prendre pour relever les défis de la localisation et du développement fondé sur la connaissance des risques.
  • Accédez à l’ensemble des données en ligne.
  • Vous avez des idées ou des outils et approches existants pour relever les défis identifiés dans notre Rapport mondial ? Contactez-nous pour discuter de la manière dont nous pouvons travailler ensemble.

Rejoignez GNDR en tant que membre

Contact

Téléphones: +44 208 977 7726 | 1833 | 2860

Email: info@gndr.org

 

Média social

Nos supporteurs

European Commission words under blue flag with yellow stars    
usaidhorizontal small
UK Government logos 2012 UK AID    australian aid blue and red
Switzerland logo-ministry-of-foreign-affairs
GIZ on behalfof BMZ
Sverige Sweden SIDA Logo

Adresse

Global Hub Office

Global Network of Civil Society Organisations
for Disaster Reduction
8 Waldegrave Road, Teddington,
London
TW11 8HT
United Kingdom

Regional hubs »

Membre de